Beaucoup trop de femmes établissent encore leur intégrité en fonction de la gent masculine

« Tant qu’un homme me met dans la maison et que je suis l’officielle »…

Lors d’un énième débat sur le couple, l’adultère et l’égalité au sein du couple, j’ai encore entendu des phrases presque hallucinantes à avaler (surtout venant d’une amie).

Je vous la cite mot pour mot :

« tant qu’un homme me met dans la maison et que je suis l’officielle, ce qu’il fait dehors ne me regarde pas »…

Aussi choquante que cela puisse paraître, beaucoup de femmes ne voient pas en cette phrase quelque chose de tragique. Une pensée qui selon moi est : condamnatrice, triste et régressive pour la femme. Même un homme pourrait être choqué d’entendre ces propos.

Beaucoup trop de femmes établissent encore leur identité, leurs standards et leur intégrité en fonction de la gent masculine comme si, ils étaient le diapason de leur vie.

Être célibataire, avoir un enfant sans mari ou ne pas être mariée relève d’un échec social et, elles sont prêtes à accepter n’importe quoi pour sortir de la situation qu’elles désignent comme ratée.

On entend alors une panoplie de propos invraisemblables tels-que « la femme n’est pas l’égale de l’homme ». Devrions nous leur rappeler que cette phrase en elle même n’a pas de sens ? L’homme non plus n’est pas l’égal de la femme et, surtout, comme l’a dit Jean-Marc Reiser :

Les femmes qui veulent être les égales des hommes manquent sérieusement d’ambition.

Pourquoi essayer de ressembler à un être qui physiologiquement, psychologiquement, fondamentalement ne nous ressemble pas ? Quel gâchis !


Ma question est : avec qui vous traînez en fait ? Parce que si c’est ce genre d’entourage qui gravite autour de vous, pas étonnant que vôtre moral en prenne un coup.

Beaucoup de femmes sont célibataires par choix vous savez et, tout comme certaines femmes mariées se permettent de regarder les célibataires de haut, elles aussi, regardent cette horde de « femmes archivées » (c’est comme ça que je les appelle) qui sont justement dans une maison, malheureuses à n’en plus finir, trompées à se demander si elles ont signées pour un régime polygame etc… MAIS prêtes à tout pour ne pas être célibataires au point de rester dans le troue qu’elles creusent parce que peu certaines de leurs potentiels.

« Une femme de bonne famille ne divorce pas »

Ça c’est l’hymne national d’une génération de femmes qui ont abandonné le combat… Quand plus aucun argument ne soutien la logique, elles vous balancent « Une femme de bonne famille ne divorce pas »… ASSUMEZ… Vous êtes les premières à tacler les femmes célibataires, les mamans hors mariage et les couples qui n’ont pas d’enfant et, lorsque vous vous justifiez sur des faits (que personne ne vous reproche au passage), ça devient « Une femme de bonne famille ne divorce pas ».

La réalité selon moi est que, chacun naît avec une aspiration principale à laquelle on accorde davantage nôtre énergie, sacrifice et priorité, qui peut évoluer avec le temps. L’argent, la science, la famille, les hommes/femmes, l’humain, les conquêtes, le travail… , et la liste est longue… Inutile de condamner la femme qui n’a pas la même vision du couple ou qui fait des sacrifices que le reste ne comprend pas.

Ce qui me brise pas mal les neurones est en réalité la femme qui se sous estime et affaiblie les autres. Cette même amie (pour en revenir à elle) qui a balancé la phrase « tant qu’un homme.. », ne comprends pas non plus, le combat qu’on les femmes, d’aspirer à un même salaire que les hommes, pour un même travail ainsi que de mêmes horaires.

Oui, oui, elle n’est pas pour l’égalité des sexes. Estimant que c’est à l’homme de prendre soin de la femme et que celle-ci (donc inférieure) devrait arrêter de vouloir aspirer aux mêmes exigences salariales. Voici littéralement le genre de phrases qui me poussent à me demander si je ne dois pas faire du « remaniement » autour de moi. C’est ce même genre de femmes qui auraient (à une époque différente protesté contre le droit de vote des femmes).


Parce que en tant que femme, entendre une autre prétendre à un statut de « femme officielle » me noue l’intestin… Voilà même le nerf du problème… Quelle est ta valeur ajoutée si tu dois te battre au sein de ton propre couple pour avoir la place que tu mérites d’office ? Faire valoir ton « coupon d’authenticité » ? Qu’on m’explique !

Parce que revenons deux secondes à la phrase citée plus haut : « tant qu’un homme me met dans la maison et que je suis l’officielle, ce qu’il fait dehors ne me regarde pas »…

Tout me gêne dans cette phrase… et je vais vous expliquer pourquoi. Prenons le temps de la décortiquer deux minutes.

  1. « Tant que un homme » = Aussi longtemps que… Une temporalité dont la femme dépend totalement..

  2. « me met dans la maison » = Donc c’est ça la vision des choses ? Qu’un homme vous mette dans la maison ? Il n’est pas question de « s’installer ensemble » ? Donc la manière dont on vous met on vous retire ? Le jour où on veut changer la moquette, vous pourriez bien être le meuble de trop.

  3. « et que je suis l’officielle » = Je viens littéralement d’en parler plus tôt. Si vous êtes deux dans un couple, logiquement on ne parle pas « d’officielle ».

  4. « ce qu’il fait dehors » = Je comprends qu’il fasse des choses dehors et j’accepte ? C’est clairement une autorisation.

  5. « ne me regarde pas » = Fais ce que tu veux, comme tu veux quand tu veux, ce ne sont pas mes histoires, ça ne me concerne pas.

MAIS C’EST DEVENU QUOI ?!

C’est vous qui donnez un pouvoir insensé à une panoplie d’hommes dont la vision du couple est déjà à remettre en question, pour après venir pleurer sur vôtre sort ! Quand vous balancez à longueur de journée que « peu importe ce qu’il fait dehors ça ne vous regarde pas tant que vous avez un toit ».

Apprenez à être indépendantes. Si ce n’est pas psychologiquement (au moins financièrement avec le salaire que vous pensé mériter) mais de grâce, ne venez plus racler nos oreilles pour crier à l’adultère lorsque vous êtes trompées ou que vous ne trouvez pas un travail qui rapporte suffisamment. Soyez cohérentes et ne nous faites pas chier ! Parce que même vôtre « je suis quelqu’un parce que j’ai quelqu’un dans ma vie » n’avait déjà pas de sens au départ (enfin… si. Pour vous).

A toutes les femmes qui sont dans une situation qui leur va parfaitement et qui vivent leur amour selon leurs propres termes, cet article ne vous est bien entendu pas destiné.

Partager :

  1. Twitter

  2. Facebook

#femmes #egaux #mariés #amis #homme #hommes #maris #mari #lectrices #régressive #ami #aspiration #soi #40ans #femme #mariée #triste #Reiser #marié #amie #enfants #JeanMarcReiser #condamnatrice #égalité #confiance #JeanMarc #Amour #jeunnefemme #amies #adultère #sexe #enfant #mariées

mvse-website-logo 2.gif
0

HOW IT BEGAN ?

I had no plan! Here is my truth. Didn’t hire a storyteller and will not lie so here I am! An avid life lover, who traveled enough to feed her creativity. The glamorous, the nomad, the retro, the clean and opulence… I’ve seen and loved them all. Life is too short to have rules and structures when it comes to art.. “You have to choose what your brand should look like”- they said… I want my brand to be felt… Fragments of emotions captured on textiles that’s all: MVSE.

BE SOCIAL WITH US 

  • Instagram
  • Facebook

Sign-up for our emails to be among the first to gain access to exclusive MVSE news, updates, and New collection arrivals.

©MVSE.