Invitée à la conférence sur les faux médicaments, orchestrée par Fondation Chirac.

Mardi 8 septembre, le bureau de press NEI PR m’a fait parvenir une invitation à participer à une conférence orchestrée par la Fondation Chirac au Quai Branly. Le rapport avec la beauté est où vous me direz ? J’ai cherché aussi… Et puis je me suis dit qu’il fallait arrêter de restreindre l’univers de la beauté aux cosmétiques. La santé n’est pas la base même du beau ? Allez, on va dire le bonheur et la santé !

« Le médicament de la rue, tue » mardi 8 septembre 2015 à 11 heures au musée du quai Branly (salle cinéma).

« Le médicament de la rue, tue » mardi 8 septembre 2015 au musée du quai Branly (salle cinéma).


Je me suis lancée les deux pieds dans l’univers de la fraude médicamenteuse. Et finalement, quelque part, c’est un sujet qui concerne tellement mon continent (Afrique) et qui a évolué autour de moi qu’il était de mon devoir de relayer une information vitale !

La conférence a été menée en présence de :

Marc GENTILINI, Président honoraire de l’Académie de Médecine,

Claude CHIRAC, Vice-Présidente de la fondation Chirac,

Bernard LEROY, Directeur de l’IRACM (Institut International de Recherche Anti

contrefaçon de Médicaments),

Wilfrid ROGE, Directeur adjoint de l’IRACM,

Cyntia GENOLET, Secrétariat de « Fight The Fakes »

Des interventions marquantes et surtout objectives sur le fléau du marché des faux médicaments.

« Le médicament de la rue, tue » mardi 8 septembre 2015 à 11 heures au musée du quai Branly (salle cinéma).

« Le médicament de la rue, tue » mardi 8 septembre 2015 à 11 heures au musée du quai Branly (salle cinéma).


Imaginez le choc de savoir que les faux médicaments tuent près de 800 000 personnes par an et touchent avant tout les plus démunis. J’ai encore cette image des vendeurs ambulants du pays qui cognent sur leur boîte à roulette en proposant des médicaments aux gardiens et femmes de ménages. C’est littéralement une invitation à la mort.

Si les vendeurs le font pour se sortir de la misère, les trafiquants eux, s’engraissent de leurs détresses. Ce trafic leur rapporte quand même 200 milliards de dollars chaque année, faisant peser une menace majeure sur la santé publique. Fausses perfusions de sérum de réhydratation, faux antibiotiques, ou faux antidiabétiques : aucun domaine du secteur pharmaceutique n’est épargné. Le résultat de ce marché frauduleux ne surprendra personne ; Il entraîne de nouvelles maladies, des handicaps, la mort… Si je vous dis que certains pays comme le Nigeria ont près de 64% de faux antipaludiques, qu’au Ghana et au Cameroun ce n’est pas moins de 40% de faux vendus également vous me croyez ?

Depuis 2011, la fondation Chirac promeut la Convention Médicrime, premier instrument juridique international permettant la pénalisation du trafic et de la production de faux médicaments, incitant le plus grand nombre possible d’Etats à la ratifier. Elle mène également des actions de sensibilisation du grand public grâce à des campagnes internationales médiatiques.

Hier, j’étais conviée à la conférence qui présentait le lancement de la campagne :

« Le médicament de la rue, tue ». #gallery-1 { margin: auto; } #gallery-1 .gallery-item { float: left; margin-top: 10px; text-align: center; width: 33%; } #gallery-1 img { border: 2px solid #cfcfcf; } #gallery-1 .gallery-caption { margin-left: 0; } /* see gallery_shortcode() in wp-includes/media.php */

A ma grande surprise, beaucoup d’artistes Africains se sont unis pour lutter contre la commercialisation de faux médicaments. Fally Ipupa, Singuila, Lynnsha, Magic System ou encore Mokobé et tant d’autres tout aussi talentueux, n’ont pas hésité à se mettre en scène au travers de courts métrages vidéos ou d’annonces radios en passant des messages forts au peuple Africain. (Des campagnes que nous avons pu voir en avant première lors de la conférence..)

Cette campagne internationale de sensibilisation sera lancé le 14 septembre prochain en direction du grand public tout particulièrement africain. Plusieurs grands médias partenaires du mouvement :TV5 Monde, RFI, Trace, France 24… serviront de plateformes importantes afin sensibiliser le plus grand nombre.

Dans la salle j’ai pu apercevoir certains grands noms de la communication. En effet, Jacques Séguéla, Denise Epoté ou encore Juliette Fievet (que Claude Chirac a présenté comme un acteur clé a cette campagne de communication), nous ont fait l’honneur de leur présence.

A la conférence de presse qui marquera le lancement de la campagne « Le médicament de la rue, tue » Mardi 8 septembre 2015 au musée du quai Branly (salle cinéma).

A la conférence de presse qui marquera le lancement de la campagne : « Le médicament de la rue, tue » ROBE : ASOS BOOTS : WALTER STEIGER SAC : FENDI


La conférence s’est terminé sur un ton très solidaire et engagé avec une envie commune de lutter à l’unisson contre cette épidémie silencieuse.

def-1024x655

Le saviez-vous ? Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), environ 10% des médicaments qui circulent dans le monde sont faux. La moitié des médicaments vendus sur internet sont contrefaits.

Partager :

  1. Twitter

  2. Facebook

#WilfridROGE #Lynnsha #MagicSystem #BernardLEROY #CyntiaGENOLET #fauxantipaludiques #Mokobé #FallyIpupa #Nigeria #FightTheFakes #ClaudeChirac #DeniseEpoté #FondationChiracauQuaiBranly