Soyez offensés par vos propres vies !

Ce sujet trotte dans ma tête depuis quelques temps déjà et, bien que le temps me soit donné, je vous avoue que rédiger dessus me paraît déjà long…

Je ne sais pas si cela est typiquement Camerounais ? Propre à l’Afrique ou même mondial mais, il y a des olibrius, énergumènes, tocards (reste à ce jour mon insulte préférée) communément appelés HATERS qui se nourrissent du négatif !

J’en parlais encore avec Fatou aujourd’hui (Black Beauty Bag) et, nous restons par moment hilares face à tant de méchanceté et d’acharnement gratuit….

Je ne dis pas qu’un être doit être parfait. J’ai moi même des moments de hate MAIS, une chose est certaine, quand je n’aime pas quelque chose, je m’en éloigne. Je ne cultive pas l’amour de la détestation & me ment encore moins à moi même. Il faut savoir se coller aux sources d’énergies que l’on souhaite posséder.

J’ai presque envie de dessiner le portrait de certains « haters » par moment… Il y a tellement de faux, de fausses et d’impostures !

Les gens vivent beaucoup plus mal qu’on ne le pense vous savez et, les réseaux sociaux proposent de voir la vie des autres mais également de vivre la sienne sous différents angles.

Si plusieurs s’inventent des vies et en arrivent à se taguer au Sri Lanka alors qu’elles n’ont jamais quitté Douala, d’autres c’est tout l’inverse…. Quand vous partagez ce qui vous rend heureuse, on dit que vous vendez du rêve. Vous voyez la complexité de la digisphère ?

On se retrouve dans un prisme où, les gens qui vivent pour le « qu’en dira t-on » se créent une parfaite identité au travers des réseaux sociaux. Vous en arrivez à les admirer, clamer une réussite inexistante et dépourvue d’intérêt (qui suis-je pour définir l’intérêt dans le regard des autres vous me direz)… Quant aux gens qui se moquent éperdument de plaire et font de réels accomplissements (aussi petits qu’ils puissent être) pour une évolution commune, eh bien, contre toutes attentes, ce sont ceux et celles-là qui ont le plus affaire aux frustrés, toujours cachés derrière un clavier azerty à frapper des messages insipides et anonymes (pour changer).

Ils ont affaire à une ribambelle d’aigris qui ont pour seules activités l’espionnage et la médisance. Vous rendez-vous compte du temps perdu ?

Ce sont les premiers (soyons sincères et disons-le ouvertement) : ce sont les premiERES à crier qu’elles sont solidaires, qu’il y a un réel sisterhood dans notre communauté : balivernes ! C’est de la poudre aux yeux pour mieux vous/nous détruire. « Ma chérie….. Je te déteste ».

En parlant de détruire : l’inaction est une forme de désistement. Quelle manque de solidarité en Afrique (je m’excuse, je voulais dire au Cameroun). Je ne connais pas réellement le fonctionnement des autres pays alors je m’en tiens à ce que je vois.vis. Aucun soutien à l’unisson au sein de sa « communauté » seul le voyeurisme et le jugement dominent les langues bien fourchues des femmes qui n’attendent que votre échec. Les gens ne veulent miser sur vous que lorsqu’il y a une réussite (et encore..).. On écrase les potentiels et marche dessus à la faveur de l’aigreur….

Toujours à se plaindre qu’il n’y a pas assez de noires au sommet de diverses industries mais, en pôle position dans l’attente d’une chute éventuelle des étoiles montantes qui sillonnent la réussite.

Puis-je me permettre de vous dire une vérité ? Il ne sert à rien de s’épuiser à ralentir les gens dans leur parcours : SI CE N’EST PAS EUX, CE NE SERA PAS VOUS. LA VIE N’EST PAS UN ÉCHANGE DE MAUVAIS PROCÉDÉS.

“Love is a gift. It is to be cherished. It is to be nurtured. And most of all, it is to be enjoyed. If I could give my children one piece of advice, it would be this. Find it. Capture it. And never, ever let it go.” ― Heather Burch, Along the Broken Road


Le trajet vers le sommet est un parcours riche, long, challenging, décevant, solitaire mais surtout FORMATEUR. Très peu de monde sont prêts à vous tendre la main et vous donner des avis constructifs. Mais c’est par milliers qu’elles/ils inondent vos réseaux pour vous dire à quel point ce que vous faites est bien… Du « venez voir ».

Tout d’un coup, beaucoup se souviennent de votre entente lors d’une colonie de vacances, d’autres vous parlent d’un trajet de métro échangé sur la ligne 1 direction La Défense. Certaines vous cherchent même des problèmes pour se rendre intéressantes.

Vous voyez donc pourquoi ceux au sommet ne vous aide pas ? Parce que la distinction entre ceux qui veulent réellement faire avancer les choses et ceux qui sont là pour profiter (donc détruire) n’est pas une simple affaire !

Personne ne vous soutient mais tout le monde veut absolument savoir comment vous avez fait pour y arriver. On vous utilise et on vous jette… Hollywood est donc vraiment si proche du quotidien ?

Les gens vivent mal ! (Je sais, je l’ai dit plus haut mais je le mentionne à nouveau). Certaines personnes rêveraient d’avoir le quart de ce dont on jouit. Quelques bossent dure pour y arriver, le reste et bien elles sont là… Elles me lisent entrain de mentionner leur « cas de figure ».

D’ailleurs, je vais un peu m’amuser sur ces dernières lignes à retracer le portrait des Haters. Mesdames, cochez la case qui vous concerne !

– Vous savez, il y a ceux/ celles qui vous bloquent de partout (alors que vous ne les suiviez déjà pas) MAIS, qui créent des comptes anonymes pour pouvoir continuer à vous regarder ou, se connectent sur le compte de leurs amis pour se rincer la pupille, cherchent des ennemis en communs… Je vais les nommer …….. LES ZÉROS. Une panoplie d’abruties incompétentes. Celles qui viennent checker vos photos sur whatsap et finissent par appuyer le mauvais boutons par inadvertance, ou encore, vous bloque sur les réseaux pour finalement vont check votre compte linked in (qui affiche les profils des visiteurs comme à l’époque de Hi 5). LES ZÉROS ont un point commun, on les attrape TOUJOURS d’une façon où d’une autre. Si vous voulez faire du « n’importe quoi » assurez vos arrières ! (Regardez, je suis plutôt cool, je vous donne même des astuces).

– Il y a les MOULINS A VENT, les ignares qui vivent dans un passé que seul Game Of Thrones peut encore comprendre. Elles ont un mauvais souvenir de vous (datant du collège) et, décident de saboter votre nom à la moindre occasion. N’ayant aucune nouvelle de vous depuis une vingtaine d’années, elles restent persuadées qu’elles vous connaissent aussi bien que le prix des nems qui se vendaient à la sortie de la classe de 4ième D. Dans la même famille, il y a aussi les femmes qui passent leurs journées à médire sur vous et, dès que vous êtes en face n’arrivent même pas à vous partager le quart de leur « franchise ». INCROYABLE. Toute la semaine vous finissez de raconter à qui veut l’entendre « et quand je vais la voir c’est ce que je vais lui dire »…. Voici la personne en face de vous et même la regarder de travers semble être un parcours si épineux.

– LES LÉCHEUSES elles, c’est différent. Comme dit Fatou (et je pense que nous avons toutes à vivre ce cas de figure), il y a celles qui au départ vous font de la LÈCHE, ensuite vous LÂCHENT, puis vous LYNCHENT. Elles ont fini de vous admirer dans leur pauvre et maigre estime d’elles même (restons dans le contexte des haters). Elles finissent par voir le bout du tunnel grace à la lumière que vous avez mit sur leur passage pour paver leur chemin fait de terre battue. Et puis, le jour où elles tiennent sur la pointe des pieds, elles commencent à vous rabaisser pour se sentir plus importantes. « le Roi n’aime pas le Prince qui l’a vu pleurer » ? Je dirai même mieux : « Qui tient sur la pointe des pieds ne tiendra pas longtemps ».

– LES CHINEUSES. Les femmes qui cherchent la petite bête partout et, qui ont toujours un truc à redire sur le moindre sujet que vous abordez (ou non), votre façon de parler et la manière dont vous mâchez votre chewing-gum, la flûte de votre champagne (que vous ne trinquerez jamais à leur santé) et les dessous de vos histoires personnelles, professionnelles (et bien entendu celles de vos chiens & co). Elles, qu’est-ce qu’elles agacent…. Elles ne peuvent pas mieux faire mais dans un imaginaire daltonien, elles sont persuadées que vous faites mal. « FÉLICITATIONS » est un mot compliqué hein ? Vous voyez une « de vos sœurs » (comme vous aimez tant les appeler avec tout le concentré d’hypocrisie que cela comporte) à la UNE d’un magazine, le problème est devenu « de savoir combien elle a payé pour y figurer ». Vous remarquez l’ascension d’une autre femme et, votre nouvelle version des faits est « c’était facile attend, elle est tombée à pic ». Ma question est : VOUS ÉTIEZ OU LORSQUE LE « A PIC » ÉTAIT SUR LE MARCHE ? Sur le banc des fainéantes sans doute. Mais il est toujours plus facile de critiquer depuis son canapé pas vrai ?

– LES DISTRIBUTEURS DE FAUX. Si certains vont à la banque pour retirer des billets dans les distributeurs automatiques, d’autres « haters » ont la palme lorsqu’il est question de distribuer du « n’importe quoi ». La source de toutes rumeurs vient toujours de la même origine, même les rombières et les poissonnières sont passées à l’arrière du classement. Toutes les occasions sont bonnes pour distribuer de fausses informations sur vous afin d’enrayer sur votre crédibilité, voir pire, votre sérieux. Ce sont elles qui font de vous (aux yeux des autres), une femme « facile, sotte, folle, bizarre, pas diplômée, peu fiable etc…). Une ancienne fausse amie (ou une nouvelle d’ailleurs), quelqu’un qui a la bouche trop ouverte face à la futilité, l’ennuie, la jalousie… J’avoue que ce cas me fascine jusqu’aujourd’hui. Je n’ai toujours pas le motif de leur méchanceté… LEÇON A RETENIR ? Ne dépendez pas de l’avis du « peuple »… Ce qu’il pense de vous le regarde… En aucun cas vous ne devriez être concernées.

Anyway…

People take different roads seeking fulfillment and happiness. Just because they’re not on your road doesn’t mean they’ve gotten lost. H. Jackson Brown, Jr.


Ce qu’il faut retenir de mon texte est ceci :

Nous vivons dans une communauté ou l’écho des médisantes et envieuses retentit plus que prévu. Le peu de personnes réellement solidaires, investies, motivées et bien intentionnées restent noyées dans les abysses inexploités du désintérêt que notre société semble accorder aux vrais potentiels.

Quel dommage de confirmer les dires qui semblent laisser penser que le Cameroun est malsain et mauvaise langue. Je ne doute pas du potentiel des bons éléments, ce sont les mauvais qui m’inquiètent. Ils deviennent de plus en plus bruyants.

Il y a quelques années, il fallait se cacher pour faire du mal aux gens aujourd’hui, rire du malheur d’autrui est devenu un sport national si bien que, de peur de ne devenir une cible future, les gens n’osent même plus dire qu’ils sont heureux. A la question : « comment vas-tu ? » la réponse est toujours « On est là, le pays nous gère », « la vie est dure », etc… Que c’est triste de devoir cacher son état d’esprit de peur d’être broyée par la réalité de certaines mentalités Camerounaises qui sont non seulement étriquées mais tellement agressives face à la simplicité. A voir la politesse comme un bon moyen pour être marché dessus, l’amabilité pour de « l’esclavage», la gentillesse comme « moment opportun pour profiter de vous » etc… Les gens en fait, ils deviennent dures pour se défendre ??

Certaines alors… Toujours prêtes à être offensées par vos vies comme si les leurs n’auraient pas pu les offenser elles mêmes si seulement elles avaient un regard extérieur à leurs parcours…

Ecoutez-moi, lorsque vous trouvez votre cercle (famille, amis etc)… aussi petit qu’il puisse être, prenez soin d’évoluer dans la plus saine des atmosphères… Les ressources d’énergies sont inépuisables (bonnes comme mauvaises). Nourrissez le parti que vous souhaiter voir évoluer en vous.

Ne comptez pas sur celui à qui vous avez rendu service il y a 6 mois, ni même celle qui vous demande votre aide à l’heure ou je vous parle et encore moins sur « ceux qui peuvent » vous aider en un claquement de doigts… Ils ne le feront pas ! … Avancez en meute comme le font les loups et battez-vous pour faire retentir vos valeurs, ambitions, état d’esprit et positivisme (en espérant que cela puisse inspirer les gens qui cherchent une échappatoire à ce taudis qu’est la pensée pourrie)…

Beaucoup peuvent être coincés/perdus dans le mauvais système en attendant une lumière pour éclairer leur chemin… VOTRE DEVOIR N’EST PAS de faire de leur perdition votre nouvelle mission de sauvetage. LEUR DEVOIR EST de se rapprocher de ce qui leur va le mieux au cœur… Le changement est tout d’abord une action personnelle. Je le dis et le répète, on ne se nourrit que de ce qui nous anime…

Comme disait Mme Foning, « faut vous battre dans la vie parce que la vie c’est la bastonnade, battez-vous »…

La résilience et l’authenticité sont pour moi les mots clefs pour survivre dans cette jungle. La capacité à rester fidèle à votre définition de la vie et du bonheur (selon vos termes, sans comparaison) et, l’art de naviguer entre les torrents….

A bon entendeur ….

Partager :

  1. Twitter

  2. Facebook

#noire #femmes #famille #Blackbeautybag #amis #argent #noirs #aigreur #positivité #parents #jalousie #amitiés #Camerounaise #ami #vie #noires #solidarité #femme #échec #mentalité #mentalités #amie #Fatou #Cameroun #valeurs #Amour #amies #haters

mvse-website-logo 2.gif
0

HOW IT BEGAN ?

I had no plan! Here is my truth. Didn’t hire a storyteller and will not lie so here I am! An avid life lover, who traveled enough to feed her creativity. The glamorous, the nomad, the retro, the clean and opulence… I’ve seen and loved them all. Life is too short to have rules and structures when it comes to art.. “You have to choose what your brand should look like”- they said… I want my brand to be felt… Fragments of emotions captured on textiles that’s all: MVSE.

BE SOCIAL WITH US 

  • Instagram
  • Facebook

Sign-up for our emails to be among the first to gain access to exclusive MVSE news, updates, and New collection arrivals.

©MVSE.